samedi 15 février 2014

VOLUPTÉ


VOLUPTÉ

 

Ton bras effleure mon bras

Nos souffles se suspendent

Ma peau s’éveille au désir

Sensation troublante

 

Amare à mon corps longtemps déserté

Délicates et subtiles caresses

Où s’entremêlent des vibratos

Création d’une symphonie de nuances

 

Nos regards s’accrochent

Moments sans paroles

Frissons et excitation grandissante

Instants de confusion et d’hésitation.

 

Nos bouches étrangères

Osent la rencontre

Lieux secrets où vivent les étoiles

Et les mots interrompus

 

Mémoire ravivée d’un sexe en exil.

Sous nos mains les vagues de la chair

S’impriment pour une aventure

Guidée par le cri du corps

 

Nos mains retrouvent leur langage égaré

Dans des propos différents

Ne pas chercher l’autre

Cette fois, le laisser venir à soi

 

Nos gestes racontent notre histoire

Le temps meurt dans les ardeurs impétueuses

Dérive vers une haletante ivresse

Jusqu’à l’expression de la vie

 

Dans la douceur de l’enlacement

L’instant maquillé s’esquive lentement.

La peau moite de l’extase

Imprime sur les draps froissés la trace de la volupté

 

 

Michèle Salvail

Septembre 2013